Pour cette 33e chronique dans Franc-maçonnerie Magazine, évoquons un épisode pittoresque lié à l’aura de ce nombre éminent et mystérieux de la symbolique occidentale et de la franc-maçonnerie. Le Rite Écossais Ancien et Accepté avec ses trente-trois grades reste le système maçonnique le plus pratiqué au monde. En France, il a même longtemps constitué la seule voie des hauts grades. Aussi, dans notre culture maçonnique, le terme de « 33e » est presque synonyme de « Nec plus ultra », rien au-delà, c’est l’aboutissement et le sommet de l’initiation maçonnique ! A pourtant existé, quelques années, au début du XIXe siècle, une tentative de « 34e » grade : le Pacificateur Américain Prince des Tropiques. Relatons les circonstances singulières de la naissance de cette curiosité maçonnique oubliée.

À part la géographie, le Saint-Domingue du XVIIIe siècle n’a pas grand-chose à voir avec le Haïti que nous connaissons, c’est-à-dire un petit bout d’île qui survit à l’écart de tout. L’ancêtre du pays le plus pauvre du monde est un eldorado. Au Siècle des Lumières, « la perle des Antilles » est au centre d’un commerce international supérieur à celui des États-Unis. Avec son système de plantations, basé sur 500 000 esclaves, cruel, mais efficace, Saint-Domingue est le plus gros producteur de sucre et de café du monde. Ce sont à l’époque des denrées chères et l’île exporte aussi du cacao, de l’indigo et du coton. En métropole, les richesses produites par Saint-Domingue font vivre un million de Français dans le négoce ou les ateliers de transformation. À la veille de la Révolution, la franc-maçonnerie y est très active puisque l’île ne compte pas moins de vingt Loges… qui ne recrutent, bien sûr, qu’au sein des 30 000 colons blancs (il y eut sans doute quelques exceptions parmi les 30 000 « libres de couleurs », dont certains étaient des notables).

Lire la suite de l’article https://www.fm-mag.fr/article/tradition/un-34e-grade-1659

Laisser un commentaire