Loge la Vertu de Clairvaux – 1786

En 1786, au sein même de l’Abbaye de Clairvaux, située dans l’Aube fut constituée une Loge de 13 Frères cisterciens, sous les auspices du Grand Orient de France. Qu’un groupe d’ecclésiastiques puisse monter une Loge Maçonnique pourrait au premier regard sembler étrange quand on connait l’animosité qui exista entre Catholicisme et franc-maçonnerie. Mais ce serait oublier un peu vite l’Histoire…

Cette situation n’est en effet pas exceptionnelle en cette fin de XVIIIe siècle, où les bulles papales n’ont pas encore vidé des loges les serviteurs de Dieu. Elle révèle non pas une fracture doctrinale ou idéologique comme il est souvent affirmé aujourd’hui, mais bien au contraire une véritable convergence d’idées. Peu avant la Révolution, la plupart des Loges françaises pratiquaient une seule franc-maçonnerie orientée vers l’amélioration de l’homme par le travail et dont le socle repose sur les trois vertus théologales que sont la Foi, l’Espérance et la Charité. Seule la franc-maçonnerie de type anglo-saxonne continue aujourd’hui d’arborer ce ternaire comme un pilier fondamental de la méthodologie maçonnique.

Extrait de la correspondance adressée au Grand Orient de France, par les moines cisterciens :

À l’O:. de Clairvaux, lieu très fort et très éclairé où règnent l’Égalité, la Paix, l’Union, le Silence et l’Amitié le quatrième jour du second mois, l’an de Vraie L:. 5785,

Au très Respectable, très Sage, très Eclairé, seul légitime G:. O:. de France

Nous étions dans les ténèbres de l’irrégularité ; pour en sortir, nous nous sommes adressés à la R:. L:. de l’Union de la Sincérité à l’Orient de Troyes, afin qu’elle nous procure par ses rayons lumineux les moyens de parvenir au sentier qui conduit à la voÿe du tribunal auguste centre des vrais Maçons ; en conséquence, le cinquième jour d’avril de l’année de V:. L:. 5785, nous avons tracé une planche que nous avons adressée à cette R:. L:. pour engager les FF:. qui la composent à visiter nos travaux et nous indiquer la qualité des matériaux nécessaires à employer pour fonder le temple que nous désirons élever.

Ces RR:. FF:. nous ayant fait cette faveur et frappés de l’éclat de ce premier rayon de vraie Lumière, ils nous ont inspiré encore davantage le désir de nous soumettre aux Loix et règlement de votre illustre aréopage ; déjà soumis de cœur et d’affection aux lois de sagesse et de vertu nous aspirons au bonheur de nous y engager par un serment irrévocable : puissiez-vous TT:. R:. FF:. nous trouver digne de cette faveur, puissiez-vous pardonner l’irrégularité de nos premiers travaux, puissiez-vous en comblant nos vœux de mettre le comble à notre félicité ; daignés nous vous en supplions les exaucer ses vœux saints, daignés agréer l’homme de notre soumission à vos décrets respectables et par des constitutions émanées de votre auguste tribunal daignez nous agréger au nombre des Vrais maçons.

Nous vous prions de nous confirmer le titre de La Vertu ; ce n’est pas un titre dépourvu de réalité, nous l’avons puisé dans nos cœurs et nos travaux en sont sûr garant, nous osons espérer que favorable à nos désirs vous voudrez bien agréer pour notre Député auprès de votre tribunal le T:. C:. F:. Jean Eustache Peuvert, huissier au Parlement quai d’Orléans persuadés que nous aurons en lui un appui solide ; s’il plait aussi à votre sagesse d’examiner nos vœux…

Bien des commentateurs ne virent dans la naissance, mais aussi dans la tumultueuse et éphémère  vie de cette Loge,  que des querelles entre la vision profane de la franc-maçonnerie et la vision profane de la religion, source de ce qui fut en France un véritable traumatisme spirituel.

C’est oublier de souligner que les Ordres monastiques sont au sein de l’Église catholique bien plus qu’un simple Ordre religieux. Ils sont un Ordre dans l’Ordre , car ils puisent leur identité dans une histoire bien plus profonde et ancienne que celle de leur assimilation à l’Église de Rome. Ils étaient de temps immémoriaux des acteurs opératifs et économiques de leurs territoires, un peu comme l’étaient les corporations de constructeurs avant l’avènement de la Franc-maçonnerie. 

La quête des vertus théologales fut très longtemps et quasiment jusqu’à la généralisation récente  du Rite Ecossais Ancien et Accepté et du Rite Français (moderne) sur la franc-maçonnerie continentale, l’objet premier de la quête maçonnique. Seuls le nom et le “logo” de certaines Loges  actuelles rappellent cette réalité oubliée. 

Il n’y a donc rien d’étonnant à constater que des travailleurs épris de spiritualité puissent chercher à compléter leur quête par d’autres voies que celle d’une religion dogmatique, pour émanciper les vertus essentielles de l’Échelle de Jacob  qui conduisent aux mêmes rêves que ceux des maçonneries les moins religieuses d’aujourd’hui : la paix et l’émancipation sociale. 

Article publié par Pierre Invernizzi pour https://www.fm-mag.fr

5 Replies to “Des moines francs-maçons”

  1. C est avec beaucoup d intérêt que J ai découvert votre site passionnant.
    Je m occupe de la BIBLIOTHEQUE de mon orient. J aurais aimé passer les vidéos que vous proposez. Celà est il possible ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *