Si au regard des drames humains les mésaventures des livres sont bien sûr secondaires, il n’en reste pas moins que la Seconde Guerre Mondiale a été une période terrible pour les archives et les bibliothèques maçonniques. Ces tumultes de l’Histoire ont laissé – dans une région autrefois martyre, mais aujourd’hui bien paisible – un véritable trésor. Dans le ci-devant Grand-duché prussien de Posen – maintenant voïvodie de Grande Pologne – à une heure de Poznań, le château baroque de Ciążeń abrite une bibliothèque maçonnique sans pareil.

Les nazis considéraient, à juste titre, la franc-maçonnerie comme un des principaux soutiens des démocraties libérales et l’avaient donc inscrite aux premiers rangs des « ennemis du Reich ». Aussi, à partir de 1933, au fur et à mesure qu’ils étendaient leur emprise sur l’Allemagne puis sur l’Europe, ils interdirent les Loges et persécutèrent les Maçons. Mais cette hostilité militante se doublait, chez certains d’entre eux, d’un grand intérêt pour l’histoire, les usages et les… « secrets » de la franc-maçonnerie. Ainsi le chef des SS, le Reichsführer Heinrich Himmler, fit confisquer par la Gestapo de nombreuses bibliothèques maçonniques en Allemagne et ensuite un peu partout dans les pays occupés. Avec ces spoliations, il fit constituer une vaste bibliothèque entièrement consacrée à la franc-maçonnerie. Gérée par des professionnels, elle fut installée au 12 Emserstrasse, dans l’ancien bâtiment des Loges de Berlin. Mais, à partir de 1943, les bombardements de plus en plus intenses de Berlin par les Alliés conduisirent les responsables de la bibliothèque maçonnique de Himmler à transférer les collections dans des régions moins touchées comme le Nord de la Bohème ou la Silésie. Ainsi près de 150 000 volumes furent transportés à Sława Śląska, dans un petit château autrefois propriété des comtes Haugwitz. Les livres y restèrent, un peu oubliés, jusqu’à la fin de la guerre.
C’est là que les découvre, dans les derniers mois de 1945, un envoyé de la bibliothèque de l’Université de Poznań dont le directeur avait été alerté par la population locale. Le professeur Birkenmajer comprend vite tout l’intérêt de ce fonds atypique, des repérages et des premiers inventaires sont réalisés. Paul Chevallier, l’attaché culturel récemment nommé à l’ambassade de France à Varsovie, entend parler de l’affaire, vient voir sur place et négocie une restitution des livres dérobés. Ceux-ci rejoindront la France en 1947 et seront rendus au Grand Orient (qui en donnera un grand nombre à la Bibliothèque nationale) et à la Grande Loge.
Mais la majeure partie du fonds provient des bibliothèques des Loges allemandes d’avant-guerre, notamment de celles de Poméranie et de Silésie ; bibliothèques particulièrement riches où l’on trouve d’ailleurs nombre d’ouvrages français. En 1959, la bibliothèque de l’Université Adam Mickiewicz de Poznań décide de protéger et de valoriser ce fonds exceptionnel. Mais l’essentiel du travail sera accompli à partir de 1970 et, surtout, 1980 quand Andrzej Karpowicz s’en voit confier la responsabilité. Celui-ci s’y consacre corps et âme pendant plus de 30 ans, finalise son classement et l’ouvre aux chercheurs. « C’est mon enfant ! – aime-t-il à dire – je l’ai protégé et fait grandir ». En 1969, les quatre cinquièmes de la collection maçonnique ont été transférés au château de Ciążeń, propriété de l’Université, à une petite heure de Poznań.
La bibliothèque maçonnique de Poznań-Ciążeń est un véritable trésor pour l’histoire de la franc-maçonnerie allemande (les trois quarts des ouvrages sont en allemand, les autres langues bien représentées étant le français et l’anglais). On y trouve d’abord près de 80 titres rares concernant la Rose-Croix allemande du XVIIe siècle, une des grandes sources de la Maçonnerie ésotérique. Plus de 70 % des volumes sont des périodiques, dont près de 100 collections complètes de revues maçonniques allemandes et autrichiennes des XVIIIe et XIXe siècles ! On y découvre aussi tous les « classiques » : Constitutions anglaises du XVIIIe siècle, divulgations françaises etc. Le catalogue de cet ensemble exceptionnel peut être consulté à http://lib.amu.edu.pl/

Article écrit par Pierre Mollier pour https://www.fm-mag.fr/

2 Replies to “La bibliothèque maçonnique oubliée de Poznań”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *