Un très ancien système de hauts grades venus d’Edimbourg

Un libraire parisien proposait récemment une pièce tout à fait étonnante. Il s’agissait d’un beau recueil d’une quinzaine de dessins à la plume aquarellés représentant les décors  du chapitre Sainte-Joséphine de l’Ordre d’Heredom de Kilwinning. Un généreux bienfaiteur l’a acquis et vient d’en faire don à la Bibliothèque du Grand Orient de France. C’est l’occasion de présenter ce rite peu connu qui est probablement l’un des plus anciens systèmes de hauts grades et qui entretient des liens étroits avec l’Écosse.

L’Ordre d’Heredom de Kilwinning est aussi appelé l’Ordre Royal d’Écosse car, d’après une antique tradition maçonnique, tous les rois d’Écosse en auraient été membres à la suite de Robert Bruce son fondateur. Passons de la légende à l’histoire… le premier document authentique est une patente délivrée le 22 juillet 1750 à un Écossais, William Mitchell, pour fonder des chapitres… aux Pays-Bas ! Le signataire de la charte, précise qu’il occupe sa charge depuis 9 ans. On peut donc considérer qu’il existait au moins un chapitre à Londres en 1741… En 1753, Mitchell retourne à Edimbourg, s’affilie à la loge Saint-André et semble recevoir quelques Frères dans le Royal Order. En 1766, le Chapitre d’Edimbourg s’érige en Grand Chapitre et on dispose alors d’une documentation plus conséquente sur une activité… qui semble d’ailleurs s’être limitée à l’unique Chapitre d’Edimbourg.

Lire la suite de l’article https://www.fm-mag.fr/article/426/lordre-royal-decosse-de-kilwinning

Laisser un commentaire