Juriste, philosophe, écrivain et grand propriétaire, Montesquieu qui compte parmi les grandes lumières de son temps fut aussi un franc-maçon actif qui côtoya les premiers fondateurs de l’Ordre.

Ceux qui furent en âge de s’en servir se souviennent du « Montesquieu », le billet de 200 francs qui eut cours de 1982 à 1998. Sur ses deux faces, on y voyait en médaillon le buste de l’illustre philosophe en patricien romain. Et tout autour, diverses allégories évoquant son œuvre : Thémis, la justice, pour De l’Esprit des lois, des enluminures orientales pour les Lettres persanes. Le château de La Brède pour évoquer le lieu de sa naissance. Il manquait cependant à cette évocation certains symboles… Car hormis Voltaire qui ne le fut que très peu et fort tardivement, Montesquieu fut non seulement le seul franc-maçon de nos grandes Lumières, mais il le fut très tôt et très activement.
Charles-Louis de Secondat naquit le 18 janvier 1689 au château de La Brède, dans la région des Graves, pays de vignes, de vaches et de forêts à l’orée sud-est de Bordeaux. En remontant sept à huit générations, il aurait eu, par sa grand-mère paternelle Anne Dubernet, (1) une ascendance commune avec Montaigne, par la mère de ce dernier, Antoinette Louppes de Villeneuve, à laquelle certains auteurs prêtent une origine juive espagnole.

Lire la suite de l’article https://www.fm-mag.fr/article/focus/montesquieu-1254

Laisser un commentaire