Il est dit dans certaines légendes grecques, que Prométhée usa de pierres pour créer l’homme, et que les pierres non utilisées gardèrent une odeur de peau humaine. Ainsi de nombreuses traditions célèbrent la proximité entre pierre et âme humaine. La pierre n’est pas le symbole de l’immobilité, elle est avant tout ce qui est tombé. Chue du ciel, elle joue un rôle essentiel dans le lien entre ciel et terre. Pour certains chamanes, elle sert de messager: elle est “pierre parlante”. La tradition poétique allemande évoque comment le Graal est formé à partir d’une pierre tombée du front de Lucifer. Mais toutes ces pierres tombées ne sont pas inertes: elles restent animées après leur chute: sources de vie, de feu et d’énergie. Si les pierres tombent du ciel, c’est aussi parce que le ciel est souvent vu comme la voûte d’une caverne. La pierre tombée du ciel est la pierre brute. Elle est la seule qui puisse servir à construire le temple, car la pierre taillée – œuvre humaine – désacralise l’œuvre du dieu. Mais on peut passer de la pierre brute à la pierre taillée, si la pierre est taillée par le dieu, agissant à travers nous: si nous agissons d’une manière purement spirituelle. La pierre taillée achevée est l’âme illuminée par la connaissance spirituelle. Sur terre, la pierre se fait souvent omphalos (du grec: nombril, ombilic), centre spirituel du monde, présence d’une force supérieure et organisatrice. On connaît l’omphalos de Delphes (cf. photographie), le bétyle (pierre sacrée) de Jacob, les omphalos celtes… L’omphalos est le centre du monde, dont le monde tire sa vitalité et son équilibre. Tout autel, tout foyer représente – par extension – un tel centre. Par ailleurs, l’omphalos souligne la similitude entre macrocosme – espace cosmique tournant autour d’un centre comme la roue autour de son axe dans des mouvements parfaits – et microcosme – espace intérieur de l’âme, prise elle aussi dans des mouvements pouvant atteindre la perfection. La pierre n’est jamais simple. Elle est un mystère inépuisable. Telle la pierre cubique à pointe (appelée aussi pierre philosophale) symbolisant le secret du passage de l’état de vie quelconque à l’immortalité spirituelle. (Source: Dictionnaire des Symboles, Jean Chevalier et Alain Gheerbrand).

Texte issu du Bulletin Juillet – Août 6021 de la R.L. Jean-Baptiste KLÉBER

Laisser un commentaire