Beaucoup de surprises nous sont réservées dans les sept sections qui clarifient le parcours de la vie de cet écrivain d’exception qui n’aura écrit qu’un seul roman, Le Portrait de Dorian Gray. Les commissaires de l’exposition, Dominique Morel et Merlin Holland ainsi que le scénographe Philippe Pumain présentent plus de 200 documents exceptionnels comme ses manuscrits et correspondances, des effets personnels et des tableaux mais également des vidéos, des interviews… y mêlant subtilement l’intime à l’homme public.

Ainsi la première salle est-elle décorée d’un papier peint aux fleurs de lys, bleu et blanc, rappelant les porcelaines de Chine, ce qu’Oscar Wilde avait choisi pour son appartement loué à Londres en 1879. Pour rappeler que ce francophone et francophile a été d’abord critique d’art, des tableaux préraphaélites ont été choisis parmi ceux montrés à la Grosvenor Gallery de Londres en 1877 et 1879. De sa conquête de l’Amérique, en 1882, qui lui apportera la célébrité et la richesse, 13 tirages photographiques originaux de portraits réalisés par Napoleon Sarony immortalisent l’importance de « l’image » qu’Oscar Wilde veut donner de lui-même pour séduire.

lire la suite de l’article … https://www.fm-mag.fr/article/culture/quand-le-mysterieux-oscar-wilde-se-devoile-1381

Laisser un commentaire