Le manuscrit Sloane de son véritable nom Sloane n°3329, de part son classement au British Museum est le premier document fondateur d’origine directement anglaise, bien qu’en substance les spécialistes s’accordent à y décrypter un contenu particulièrement écossais. Il est daté autour de 1700. Dans le copieux corpus des textes fondateurs de la franc-maçonnerie, le manuscrit Sloane se distingue des autres textes de l’ère préobédientielle (c’est-à-dire antérieure à 1717) par deux éléments particuliers qui méritent attention. L’un concerne la première référence faite à une maçonnerie en trois degrés alors qu’elle n’en comptait que deux dans les rares documents antérieurs et le deuxième, plus curieux, est en rapport avec les signes de reconnaissances auxquels nous allons nous intéresser.

Le Sloane n’est ni un document maçonnique ni une divulgation, c’est simplement l’extrait d’un journal intime dont le véritable titre est Papiers divers m’appartenant et concernant des curiosités à cela près qu’il est question de Sir Hans Sloane, l’un de ces explorateurs érudits et fortunés qui ont fait les beaux jours de la Royal Society à l’époque ou la découverte et le partage du monde étaient les divertissements favori des élites.

Lire la suite de l’article https://www.fm-mag.fr/article/560/sloane-3329-un-manuscrit-qui-ne-travaille-pas-du-chapeau

Laisser un commentaire