Pour qui sait observer, les jardins de Versailles recèlent des trésors, rendus visibles aux seuls initiés. Marie-Noëlle Daviller, ancienne grande maîtresse du Droit humain en a exploré les arcanes les plus secrets.

Propos recueillis par Hélène Cuny

Hélène Cuny : Quel rôle vont jouer les jardins dans le projet de Louis XIV ?

Le jardin a été élaboré bien avant la construction du château de Versailles et c’est Louis XIV, lui-même qui en a élaboré les plans. Après cinq siècles d’oubli, François 1er avec la Renaissance redécouvre la philosophie antique, Les métamorphoses d’Ovide sont remises au goût du jour. Mazarin, qui aura en charge l’éducation du jeune Louis XIV est imprégné de cette philosophie et d’une idée maitresse qu’il transmettra au futur monarque : vivre dans l’harmonie universelle, rien ne devant troubler cette harmonie. Les jardins de Versailles vont répondre à une organisation très précise. Ils seront un instrument du pouvoir royal. N’oublions pas que sous l’Ancien Régime, Le Roi est l’intermédiaire entre Dieu, dont il tient son pouvoir, et le peuple. En se tournant vers les bassins, le roi regarde Dieu ; ses courtisans, qui ne peuvent lever directement les yeux vers Dieu le regardent lui. Il n’est pas inutile de rappeler que Louis XIV avait lui-même rédigé un document sur la manière de visiter les jardins où s’entremêlent constamment dimension christique, philosophie antique et messages politiques.

La statuaire est aussi très riche de sens…

Les statues vont en effet tenir leur rôle dans toute cette orchestration menée par Louis XIV. Leur situation dans les jardins ne doit rien au hasard. Prenons l’exemple de l’une des plus représentatives du jardin : l’Europe. Partant du haut des marches du château, notre regard va à la rencontre des quatre continents alors connus ; de cette manière, les ambassadeurs de l’époque voyaient l’Europe et la France dans toute leur puissance. La statue comporte une corne d’abondance indiquant richesse et prospérité ; la représentation des armes signifie qu’elle est prête à se défendre. Un message politique tout à fait clair ! Dans un autre registre, les éléments, la terre, l’air, l’eau et le feu sont représentés dans la statuaire des jardins. Tout le processus va être à la fois sur le temps, les heures, les saisons. Les statues entrent en résonnance entre elles.

En quoi les jardins vont permettre un cheminement initiatique ?

Les jardins de Versailles sont composés de portes, invisibles à l’œil nu, offrant, selon un parcours bien déterminé et pour qui sait observer, un passage progressif de l’ombre à la lumière.  Seuls ceux qui cherchent à élever leur humaine condition accèderont aux trésors des jardins. Toute la composition du parc est établie autour de cette idée. La première porte incarne la renommée du roi, elle fait la jonction entre le monde profane et le monde sacré. C’est l’équivalent à mes yeux du cabinet de réflexion. On peut remarquer que c’est le seul endroit du château où figure une statue de Louis XIV ; il se pose ainsi en maître de la porte. La statue montre un homme qui cherche à boire la connaissance avec toute une symbolique rattachée à ce thème. Connais-toi toi-même… Puis, chemin faisant on découvre Neptune et le royaume de l’eau. Une eau aux vertus purificatrices. Ce sont ici les jets les plus hauts de Versailles, symbolisant toute la puissance régénératrice de l’élément liquide.

L’arrivée sur le parterre du midi est riche de symboles. Rien ne peut se produire si on n’identifie pas le lien entre le ciel et la terre. C’est ici que l’on reçoit la lumière, le bandeau tombe.

Vous avez souligné la présence forte de la symbolique antique dans les jardins. Parlons de la dimension christique dont Louis XIV est fortement imprégné.

En effet. Prenons l’exemple de l’allée des marmousets. Au démarrage, les marmousets apparaissent dans une gangue. Peu à peu, va s’opérer la conquête de la part animale de l’homme et on voit se profiler des pattes d’agneaux. Dans le monde chrétien, l’agneau symbolise la libération, le sacrifice, la victoire ; les marmousets s’éveillent à la vie, ils dansent. On aperçoit alors des enfants porteurs d’une grappe de raisins : ils signifient que l’homme a désormais accès à la connaissance puisqu’il est aux portes du monde des dieux.

Quelles sont les figures phares du jardin ?

J’aime particulièrement le carré des philosophes. On y arrive après le bassin des trois fontaines, qui incarnent la représentation terre-ciel-esprit. Ces philosophes ne sont pas connus. Ils écrivaient et parlaient sans retenue, mais n’écoutaient personne. En punition, face à eux, se trouve Ulysse. Le message apparait clairement : si vous n’écoutez pas, si vous parlez trop, vous serez sanctionné ; en toile de fond se profile une mise en garde que l’on fait aux courtisans. Louis XIV avait décidément pensé à tout ! On peut regretter une chose : c’est la disparition du labyrinthe. Chacune des 26 fontaines qui le composaient représentait les fables de la Fontaine. Une merveille que Louis XVI a fait disparaitre.

Je terminerai avec l’allée royale : pour moi, il y a une analogie très forte avec la franc-maçonnerie et le 3e degré. Ici, la perspective est inversée. Le bassin s’élargit et est surélevé. Aussi loin que porte le regard, l’objectif est de toujours continuer à se refléter dans l’eau, cette eau qui fait se refléter la lumière. Si vous vous rendez dans les jardins, vous pourrez y découvrir une statue où se dissimulent un ciseau et un maillet ; c’est elle qui a initié mes recherches sur le parc. Mais je ne vous dis pas où elle se trouve. À vous de le découvrir !

Lire www.fm-mag.fr

Laisser un commentaire